Les Classeurs du CERIU


Fiche descriptive RC-02 - Techniques sans tranchée

Réhabilitation par chemisage, gaine insérée par tirage

 

Le but principal recherché lors de l'utilisation d'une gaine insérée par tirage dans une conduite souterraine est l'obtention d'une meilleure capacité structurale pour la conduite d'accueil. La gaine offrant une surface lisse et continue assure l'étanchéité de la conduite et améliore sa capacité hydraulique. Les matériaux utilisés offrent également une résistance à la corrosion.

La gaine est imprégnée de résine avant d'être insérée dans la conduite d'accueil. L'imprégnation peut se faire en atelier ou en chantier dans un endroit réfrigéré selon le procédé utilisé.

La gaine est tirée dans la conduite à l'aide d'un treuil par l'intermédiaire de puits d'accès (ex.: regard). Les extrémités scellées permettent ensuite l'étape de polymérisation de la résine. Le procédé implique l'injection d'eau ou d'air pour permettre le déploiement de la gaine ou le gonflement d'un tube pneumatique. Par la suite, de la vapeur ou de l'eau chaude est introduite pour permettre la polymérisation de la résine.

La durée, la température et la pression de polymérisation sont contrôlées par une console en surface.

Dans le cas où on utilise un tube pneumatique, ce dernier est dégonflé et retiré dès que la polymérisation de la résine est terminée. Ensuite, les extrémités de la gaine sont découpées au niveau des puits d'accès.

La gaine est constituée d'une ou de plusieurs épaisseurs de feutre, de polyester ou de fibre de verre.

Différents types de résines thermodurcissables peuvent être utilisés selon les spécifications du procédé sélectionné et les exigences techniques du projet.

 

Type de conduites ou d'ouvrages

Les conduites d'égout et d'eau potable de toute forme, sans égard à leur matériau, peuvent être restaurées par cette méthode. Cependant, la technique utilisant un tube pneumatique est restreinte aux conduites circulaires.

Certaines techniques sont utilisées uniquement pour des interventions continues d'un premier puits d'accès à un second, alors que d'autres permettent aussi des interventions ponctuelles.

Le diamètre des conduites d'accueil doit être d'au moins 75 mm.

 

Travaux préliminaires et complémentaires

Un nettoyage de la conduite d'accueil permettant d'éliminer tout ce qui pourrait gêner le déploiement de la gaine ainsi qu'une inspection télévisée sont effectués avant le début des travaux.

L'interruption des services peut être requise en fonction de la durée d'intervention ou du procédé retenu. Ainsi, la mise en place d'infrastructures temporaires peut être nécessaire afin de desservir les usagers.

 

Reprise des branchements

Une fois l'insertion complétée, les branchements latéraux sont percés par l'intérieur de façon manuelle dans les conduites visitables, alors que la robotique est utilisée dans les conduites non-visitables.

 

Conditions et limites d'application

L'efficacité des équipements et de la tuyauterie risque d'être réduite lorsque la température ambiante est inférieure au point de congélation.

Pour les conduites sous pression, il est important d'éliminer, lors de l'installation de la gaine, l'air emprisonné entre les parois de la nouvelle gaine et la conduite d'accueil.

La durée du transport et de la mise en place de la gaine est limitée par le temps de prise initial de la résine, ce dernier étant de quelques heures environ.

 

Délais et temps d'exécution

Lorsque les composantes d'une technique (gaine, résine) ne sont pas en inventaire ou que les particularités du projet exigent des produits non standards, des délais de livraison peuvent survenir. Ces délais sont variables d'un procédé à l'autre, pouvant atteindre quelques semaines.

Le chemisage d'une conduite s'effectue généralement en quelques heures, excluant les travaux préliminaires. La durée de ceux-ci varie en fonction de l'état de la conduite d'accueil (saleté, entrées pénétrantes, etc.).

 

Essais et contrôles

Les essais courants applicables au type de conduite réhabilitée doivent être effectués. Des essais sont effectués pour s'assurer de la qualité de la résine et, dans les conduites d'eau potable, de sa conformité à la norme BNQ 3660-950 (innocuité des matières plastiques et des enduits en contact avec l'eau potable).

Lors du mûrissement de la gaine, la durée, la température et la pression appliquée doivent être contrôlées. Il faut également vérifier l'épaisseur de la gaine après sa mise en place. Cette vérification peut être faite à partir d'un échantillon du produit fini et devra se conformer aux exigences du projet.

 

État d'avancement de la technologie

Les procédés ont tous été développés pour des applications au domaine des infrastructures souterraines municipales. Ils ont été développés au Royaume-Uni, aux États-Unis et, plus récemment, au Canada. La majorité des applications québécoises ont eu lieu au début des années 90.

 

Mise en garde

Les données contenues dans cette fiche sont fournies à titre de référence et ne dégagent pas l'utilisateur de sa responsabilité d'en vérifier la justesse auprès des entrepreneurs et fournisseurs.

Toute information doit être utilisée en tant que soutien à une démarche globale d'analyse, de planification et de gestion des infrastructures urbaines. Cela implique donc la tenue d'activités connexes comme le diagnostic des causes de dégradation, la localisation des infrastructures adjacentes, etc.

 


Le CERIU n'assume aucune responsabilité quant à l'application des techniques et des procédés présentés dans les fiches descriptives.


Pour obtenir la collection complète "Les Classeurs du CERIU" nous vous invitons à joindre madame Céline Forest au (514) 848-9885 poste 272 au Centre d'expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU).

www.ceriu.qc.ca



Faites vos recherches dans nos archives grâce

à un moteur de recherche intégré






© InfraStructures - Tous droits réservés