Les Classeurs du CERIU


Fiche descriptive ECP-01 - Évaluation de la condition physique

Techniques d'auscultation des ouvrages d'art

 

Objectif de l'utilisation

Permettre par différentes techniques d'auscultation, la réalisation de relevés non destructifs afin de déterminer la présence de vides et de zones de délamination.

 

Principe de mise en oeuvre

Trois types de techniques sont généralement employés pour détecter les zones de délamination et les vides : l'impact écho, l'endoscopie et la thermographie infrarouge.

Le premier, consiste à analyser l'écho d'un impact mécanique à la surface du béton. Les discontinuités à l'intérieur de l'élément de structure réfléchissent l'onde d'impact vers la surface. L'analyse de l'onde réfléchie permet donc d'estimer et de localiser les anomalies.

Le deuxième, l'endoscopie consiste en une minuscule caméra sur une tige métallique. Dans le cas des dalles, on l'insère à l'intérieur d'un trou foré dans le béton afin d'en faire l'inspection visuelle. Pour les caissons ces observations peuvent révéler la présence de stalactites, fissures et accumulations d'eau.

Le dernier, consiste à réaliser un relevé thermique de la structure à l'aide d'une caméra sensible aux radiations infrarouges. À cause des propriétés thermodynamiques du béton, les zones présentant des délaminations ou des décollements apparaîtront en plus clair sur le relevé.

 

Application - Types d'ouvrages

Les trois techniques peuvent être utilisées pour tous les types d'ouvrages de béton. L'endoscopie se révèle très utile dans les endroits difficiles ou impossibles d'accès.

Travaux préliminaires et complémentaires

Avant le début de l'essai, la surface du béton doit être relativement dégagée de tout ce qui est susceptible d'influencer les résultats.

L'endoscopie nécessite que l'on perce une série de trous dans la structure. Ceux-ci doivent être par la suite obturés afin de maintenir l'intégrité de la structure et prévenir les infiltrations.

 

Restrictions et limites

Lors des essais d'impact écho, il ne doit y avoir aucune circulation car le bruit engendrerait une distorsion de l'écho.

L'endoscopie est une méthode visuelle instrumentée. Ses limites d'utilisation sont les mêmes que celle rattachée à l'inspection visuelle non-assistée, soit la subjectivité de l'utilisateur.

Finalement, la thermographie infrarouge est une technique qui exige des conditions climatiques favorables. L'ensoleillement constitue la meilleure source de chaleur pour l'essai.

 

Temps d'exécution et personnel requis

La thermographie infrarouge peut-être mise en uvre tant au niveau réseau que projet. Tandis que l'application des techniques impact écho et d'endoscopie se limitent au niveau projet.

L'impact écho est une technique rapide nécessitant environ cinq minutes pour traiter chaque donnée.

L'inspection vidéo par endoscopie peut être plus ou moins rapide selon la quantité de défauts à relever. Il en est de même pour la thermographie infrarouge.

 

Phases principales de réalisation

  • Signalisation
  • S'assurer de la qualité de la surface
  • Perçage d'une série de trous (endoscopie)
  • Procéder aux lectures
  • Vérification préliminaire (données de lecture)
  • Ragréage des trous
  • Réouverture à la circulation
  • Analyse des données

 

Résultats - Éléments d'un rapport-type

Un rapport devrait contenir, la méthode d'auscultation utilisée, la description des équipements et les conditions climatiques, la description et la localisation de l'ouvrage, la géométrie de l'élément de béton testé, la localisation des trous d'accès et finalement, un plan à l'échelle avec localisation des vides et zones de délamination.

 

Marge de précision

La marge de précision est variable d'une technique à l'autre et dépend de la qualité de l'équipement, du nombre de défauts ainsi que de la géométrie de la structure.

Dans le cas de l'endoscopie et de la thermographie infrarouge, l'inspection visuelle peut-être très précise. Mais la subjectivité de l'inspecteur engendre toujours des interprétations variables.

 

Mise en garde

Les données contenues dans cette fiche sont fournies à titre de référence et ne dégagent pas l'utilisateur de sa responsabilité d'en vérifier la justesse auprès des entrepreneurs et fournisseurs.

Toute information doit être utilisée en tant que soutien à une démarche globale d'analyse, de planification et de gestion des infrastructures urbaines. Cela implique donc la tenue d'activités connexes comme le diagnostic des causes de dégradation, la localisation des infrastructures adjacentes, etc.

 


Pour obtenir la collection complète "Les Classeurs du CERIU" nous vous invitons à joindre madame Céline Forest au (514) 848-9885 poste 272 au Centre d'expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU).

www.ceriu.qc.ca



Faites vos recherches dans nos archives grâce

à un moteur de recherche intégré






© InfraStructures - Tous droits réservés