Nouveautés automobiles


Le Dodge Dakota Sport

par Jacques Duval

Le Dodge Dakota avait été lancé en 1987 en ayant pour mission de répondre aux besoins d'une clientèle insatisfaite autant des volumineuses camionnettes plein format que des trop petites importées. La voie du milieu a bien profité à Chrysler à cette époque, mais il était temps de renouveler le matériel qui devenait trop vétuste.

Toute ressemblance avec un véhicule connu est dans ce cas-ci purement intentionnelle. Les stylistes du manufacturier avaient déjà accouché d'un véritable petit chef d'oeuvre de machisme en la "personne" du Dodge Ram. À telle enseigne que les ventes de ce modèle ont connu une forte croissance qui surprend même les analystes du marché. Dans un monde où on mesure quelques fois la capacité d'un homme à la taille du radiateur de son camion, il était important de retenir la partie avant du grand frère. En fait, le Dakota est un Ram à l'échelle 7/8 et notre modèle d'essai à quatre roues motrices avec cabine club attirait partout des commentaires flatteurs avec sa livrée rouge vif et ses belles roues en alliage.

À faire pâlir d'envie plusieurs automobiles
Je dois d'abord avouer ne pas nourrir de passion particulière envers ce genre de véhicule que j'ai longtemps considéré comme purement utilitaire. Mais les progrès réalisés par les manufacturiers expliquent plus facilement pourquoi les camionnettes sont chaque année les véhicules les plus vendus en Amérique du Nord. À commencer par l'intérieur qui pourrait faire pâlir d'envie bon nombre d'automobiles. Un effort concerté des ergonomes et des utilisateurs potentiels a produit un résultat aussi pratique qu'agréable à regarder. Le choix des matériaux est dans la même veine et votre Dakota pourra vous mener sans gêne au travail sur un chantier comme à un bon resto le week-end.

Rien à redire de la planche de bord où on retrouve des instruments lisibles et en bon nombre, des commandes de chauffage et de climatisation claires, deux coussins gonflables et des espaces de rangement si nombreux que l'on risque d'y oublier de menus objets. Les sièges baquets livrables en option sont confortables sans plus. Une banquette divisée 40/20/40, de série dans le modèle à cabine club, est disponible aussi dans la cabine simple, et dans les deux cas vous profitez d'une console centrale pratique. Notre modèle était enrichi de presque toutes les commodités que l'on peut retrouver sur une auto luxueuse.

Malgré la vocation plus spécialisée de ce 4X4, l'accès à bord demeurait relativement facile et la visibilité exemplaire une fois bien installé au volant. Les versions à cabine club possèdent une petite banquette arrière 60/40 faisant face vers l'avant. Le confort des passagers qui y prennent place est inversement proportionnel à leur taille et des adultes l'occuperont en position foetale.

Cochez OUI, cochez NON
L'acquéreur d'une camionnette doit se poser des questions autrement plus complexes que pour une automobile. trois moteurs apparaissent au catalogue soit un quatre cylindres 2,5 litres de 120 chevaux sur les cabines simples à deux roues motrices seulement, un V6 de 175 chevaux et un V8 5,2 litres de 230 chevaux. En plus des deux types de cabine on peut aussi choisir entre une boite manuelle cinq vitesses ou une automatique à quatre rapports. Les "boy racers" apprendront avec ravissement que le V8 peut être accouplé à la manuelle cinq. En fait, presque toutes les combinaisons sont possibles, y inclus deux ou quatre roues motrices et même une caisse de huit pieds sur les modèles à cabine simple à deux roues motrices. Ouf!!!

En dépit d'une certaine appréhension, notre modèle Sport 4x4 équipé du V6 et de gigantesques pneus roulait confortablement. L'arrière, habituellement le talon d'Achille de ces utilitaires lorsque délesté, collait relativement bien à la route et les suspensions absorbaient de façon compétente les cratères de notre réseau routier. Les ressorts et amortisseurs particulièrement mous laissent planer quand même certains doutes relativement aux aptitudes du Dakota sur des terrains vraiment accidentés.

Cependant, je peux vous assurer que vous afficherez un "certain sourire" lors de la prochaine tempête de neige. Rouler à travers les rues de Montréal dans ces conditions apporte une satisfaction primaire, surtout lors des dépassements des autres véhicules immobilisés dans les pentes. Le système de transmission permet de passer de deux à quatre roues motrices et d'une plage de rapports à l'autre sans ralentir. Le différentiel autobloquant optionnel vous sauvera aussi plusieurs fois du ridicule et vaut amplement l'investissement. Sur le sec, je dois avouer que le "pickup" se comporte honorablement malgré. encore une fois, ses énormes pneumatiques tout terrain et son essieu arrière rigide. La direction assez précise ne laisse rien filtrer des chocs subis par les roues avant et le diamètre de braquage réduit mérite d'être souligné. Le moteur entraîne allègrement l'ensemble sans jamais transpirer mais munissez vous d'un antisudorifique efficace avant de vous approcher de la pompe à essence. En dépit d'une utilisation assez sage, notre consommation moyenne s'est établie à près de 18 l/100 km, ce qui est pour le moins exagéré.
Avantages
  • puissance
  • habitabilité
  • comportement routier
  • style
  • Inconvénients
  • consommation élevée
  • Un antiblocage aux roues arriére est standard mais un tel dispositif agissant sur les quatre extrémités est disponible en option. Les distances de freinages sont correctes du moins lorsque la caisse est vide mais les choses pourraient se compliquer pour les tambours à l'arrière à pleine charge, puisque le Dakota peut être équipé pour emporter plus de 1000 kg dans sa soute. De plus en sélectionnant parmi les trois rapports de pont arrière, (un autre choix cornélien) la capacité de remorquage peut atteindre 3085 kg.

    En conclusion
    Somme toute, les performances du Dakota sont à l'image de son beau ramage et sa polyvalence est remarquable. Il ne vous reste qu'à choisir parmi les nombreuses configurations travail/loisirs celle qui vous conviendra le mieux. Seul le prix ralentira vos ardeurs car notre modèle d'essai, il est vrai équipé presqu'au maximum, délesterait votre compte en banque de 32 500$. Il est aussi permis d'être optimiste quant au futur Durango, un autre utilitaire sport élaboré sur le même châssis, donc plus grand qu'un Grand Cherokee, et devant se glisser entre les Explorer et les gigantesques Tahoe. Il nous tarde cette fois de l'essayer.

    Fiche Technique Dodge Dakota V6 - 1997
    Type: camionnette 4X4, cabine allongée
    Moteur: V6 - 3,9 litres - 12 soupapes
    175 hp @ 4800 t/min
    225 lb pi @ 3200 t/min
    transmission: automatique à 4 rapports
    Suspension: av indépendante, arr essieu rigide
    Direction: à billes - assistée
    Diamètre de braquage: 11,8 mètres
    Freins av./arr.: disques av / tambours arr - ABS
    Fiche comparative
    Voiture:
    Dodge Dakota Club Cab 4x4
    Toyota T100 SR5 Xtracab 4x4
    Dodge Ram 1500 Cab 4x4 SWB
    Empattement: 333 cm 309 cm 352 cm
    Longueur: 546 cm 531 cm 569 cm
    Largeur: 182 cm 191 cm 201 cm
    Hauteur: 173 cm 184 cm 189 cm
    Poids: 1820 kg 1832 kg 2114 kg
    Puissance: 175 hp 190 hp 220 hp
    Pneus: LT 31X10.5 R15 P265/70R16 LT225/75R16
    Réservoir: 83 litres 91 litres 98 litres
    Longueur de plateau: 204 cm 193 cm 204 cm
    Capacité de remorquage*: 2268 kg 2268 kg 3538 kg

    * dépend des options choisies


    © InfraStructures - Tous droits réservés - All rights reserved