Les grands chantiers du siècle : le réseau d'autoroutes
Dwight D. Eisenhower des États-Unis


Par Sylvain Lafontaine

 

Cette chronique a pour mission de présenter de grandes réalisations humaines qui ont un impact significatif sur le développement de certaines régions du monde. Fin de siècle oblige, nous accorderons une importance particulière sur les projets qui ont marqué le 20e siècle tant par leur utilité que par l'ampleur des travaux nécessaires à leur érection.

 

En 1994, la Société américaine des Ingénieurs civils a désigné le réseau d'autoroutes qui relie les différents états américains comme étant une des 7 merveilles des États-Unis. À tout le moins, il faut reconnaître que le réseau routier américain est un des plus fonctionnels de la planète. Il n'a pas fait qu'unir une nation, il a stimulé l'économie de ce pays et aidé à la croissance de la production américaine depuis le début de ce projet en 1956. En fait, il s'agit du squelette de la plus forte économie mondiale.

L'idée d'un réseau national d'autoroutes naquit dans les années 30. À cette époque, le président Roosevelt cherchait des projets afin de procurer de l'emploi à ses concitoyens et ainsi sortir le pays du marasque économique. En 1938, un organisme fédéral commanda une étude de faisabilité sur la construction d'un réseau routier constitué de 6 routes nationales. Les conclusions du rapport ne cautionnèrent pas entièrement cette idée, invoquant qu'un tel réseau ne serait bénéfique que lorsque la densité du trafic serait suffisante à supporter les coûts de ce projet, mais recommanda plutôt la construction d'un réseau d'autoroutes inter régional de 26000 milles. Lorsque la densité de la circulation le justifirait, deux voies seraient présentes dans une même direction. On venait de jeter les bases du réseau routier actuel.

Le réseau national routier américain prit véritablement son envol deux décennies plus tard grâce au Président Eisenhower qui mit tout son poids politique pour la réalisation de ce projet. Ses raisons étaient les suivantes : l'économie entière du pays bénéficierait d'un tel réseau de transport et la mobilité de son armée de terre se trouverait grandement facilitée en cas de conflit. Pour appuyer son argumentation, Eisenhower fit référence aux fameuses &laqno;autobanhs» allemandes, des autoroutes à quatre voies traversant ce pays et qui expliquent en partie la raison de l'avancée faramineuse des troupes allemandes lors de la deuxième Guerre mondiale. En 1956 donc, le &laqno;Federal-Aid Highway Act» fut entériné, ce qui fit démarrer le plus imposant projet de travaux publics de l'histoire américaine, soit la construction de tronçons d'autoroutes d'une longueur totale de 41000 miles reliant la plupart des villes importantes du pays.

Ce projet de loi prévoyait initialement une participation financière de 50% entre le gouvernement fédéral et les différents États américains, selon un modèle similaire aux récents projets d'infrastructures canadiens. Cependant, l'apport du gouvernement fédéral augmenta à 90%, car on réalisa rapidement que ce projet était d'envergure nationale. Le financement se fit à même les impôts des contribuables et par la taxation de l'essence. Une fois construites, les autoroutes étaient remises aux différents États concernés qui, en contrepartie, devaient en assumer les coûts d'opération et d'entretien.

La réalisation de ce réseau routier national devait se faire en 13 années et devait coûter 37,3 milliards $US. Dans les faits, la construction s'échelonna sur près de 40 ans et la facture gonfla à 130 milliards; l'addition de tronçons au réseau, l'inflation, l'éveil aux impacts sociaux et environnementaux, la complexification du réseau urbain, tous ces facteurs expliquent l'ampleur des dépassements.

Le réseau a été construit en mettant l'emphase sur la sécurité et l'efficacité. Les croisements avec les routes transversales ne se retrouvent jamais au même niveau, et des voies de desserte y ont été prévues. Près de 55000 ponts et échangeurs ont été construits.

Des études conservatrices ont démontré que chaque dollar investi dans le réseau a rapporté plus de six dollars en économie et productivité. De plus, il a été établi que l'amélioration du réseau routier a réduit le nombre d'accidents automobiles et cela malgré l'augmentation inévitable de la circulation. Plusieurs assureurs estiment que près de 187000 décès et 12 millions d'incidents ont pu être évités depuis les quarante dernières années grâce à la réalisation du projet.

On peut déclarer aujourd'hui que le système routier national a transformé l'Amérique. En plus de créer un véritable style de vie, il a stimulé l'économie de tout le pays et est un des facteurs qui a contribué à élever l'économie américaine au premier rang à l'échelle planétaire.

 

Références :

www.conexpoconagg.com

www.lbjlib.utexas.edu/eisenhower/highway.html

tfhrc.gov/pubrds/summer96/p96su28.html

New York, Lonely planet, 1997

www.conexpoconagg.com

www.onisland.com/wtc/index.html


© InfraStructures - Tous droits réservés - All rights reserved